Dossier HVC : Différence entre versions

De e-glop
(En projet)
(Petits soucis)
 
(21 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Comme on le trouve si bien dit sur [http://fr.ekopedia.org/ Ekopedia], si votre voiture, votre tracteur, votre moto (eh oui, il en existe !!), votre générateur électrique, votre chauffage, ... fonctionnent au [http://fr.wikipedia.org/wiki/Gazole gazole], au [http://fr.wikipedia.org/wiki/Fioul fioul] ou au "rouge", ils roulent déjà à l'huile, à 100% même ! Bien entendu, cette huile étant d'origine fossile, elle est dite "minérale"... et puisqu'elle est fossile (agée de plusieurs millions d'années), la transformer de l'état liquide à l'état gazeux en la brûlant représente à l'échelle macroscopique un immense déséquilibre pour la planète.
 
Comme on le trouve si bien dit sur [http://fr.ekopedia.org/ Ekopedia], si votre voiture, votre tracteur, votre moto (eh oui, il en existe !!), votre générateur électrique, votre chauffage, ... fonctionnent au [http://fr.wikipedia.org/wiki/Gazole gazole], au [http://fr.wikipedia.org/wiki/Fioul fioul] ou au "rouge", ils roulent déjà à l'huile, à 100% même ! Bien entendu, cette huile étant d'origine fossile, elle est dite "minérale"... et puisqu'elle est fossile (agée de plusieurs millions d'années), la transformer de l'état liquide à l'état gazeux en la brûlant représente à l'échelle macroscopique un immense déséquilibre pour la planète.
  
Ainsi, pour passer du 100% huile minérale au 100% [http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_végétal_brute huile végétale], avec les nombreux intérêts que cela comporte, "il suffit d'ajuster quelques points pour adapter le moteur à la viscosité du biocarburant utilisé, c'est tout". Voici donc par où je suis passé, où j'en suis et mes projets à venir concernant l'huile végétale carburant et les biocarburants de manière générale.
+
Ainsi, pour passer du 100% huile minérale au 100% [http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_végétal_carburant huile végétale], avec les nombreux intérêts que cela comporte, "il suffit d'ajuster quelques points pour adapter le moteur à la viscosité du biocarburant utilisé, c'est tout". Voici donc par où je suis passé, où j'en suis et mes projets à venir concernant l'huile végétale carburant et les biocarburants de manière générale.
  
 
== Les huiles végétales carburant, c'est quoi ? ==
 
== Les huiles végétales carburant, c'est quoi ? ==
Ligne 44 : Ligne 44 :
 
=== Ma voiture ===
 
=== Ma voiture ===
  
Mon humble carrosse est une VW Passat TDI 90ch de 1995 (moteur 1Z), 450.000km... C'est ce qu'on appelle un IDBP (Injection Directe Basse Pression, pour différencier des common-rail et injecteurs-pompes, qui sont à haute pression). Pour le reste, rien que du très normal, pas (encore) de modification ni de particularités.
+
Mon humble carrosse est une VW Passat TDI 90ch de 1995 (moteur 1Z), 472.000km... C'est ce qu'on appelle un IDBP (Injection Directe Basse Pression, pour différencier des common-rail et autres injecteurs-pompes, qui sont à haute pression). Pour le reste, rien que du très normal, pas de particularités, pas de modification durant les 20.000 premiers kilomètres parcourus (partiellement) à l'huile végétale. Cependant, depuis peu, j'ai mis les mains dans le moteur et des modifications arrivent, à lire dans la suite.
  
 
=== Mets de l'huile ! ===
 
=== Mets de l'huile ! ===
Ligne 52 : Ligne 52 :
 
Après avoir lu un article dans libération titré "Les biocarburants", du 11 avril 2005, je me suis mis à faire des recherches sur Internet. Peu de temps après, je découvre le [http://www.oliomobile.org/forum/ forum d'oliomobile], sa mine d'informations et ses membres très actifs. Abbassourdi par la possibilité qui s'offre à tous, je décide de m'y mettre au plus vite.
 
Après avoir lu un article dans libération titré "Les biocarburants", du 11 avril 2005, je me suis mis à faire des recherches sur Internet. Peu de temps après, je découvre le [http://www.oliomobile.org/forum/ forum d'oliomobile], sa mine d'informations et ses membres très actifs. Abbassourdi par la possibilité qui s'offre à tous, je décide de m'y mettre au plus vite.
  
C'est vrai que d'imaginer mettre de l'huile de tournesol de chez LIDL dans mon réservoir me faisait passablement frémir, le tout accompagné d'un léger doute qu'on trouve toujours dans les expériences folles qu'on n'a pas testées. Du coup, je me suis armé de mon courage, j'ai fait chauffer le moteur et ouvert mon capot, avec ma bouteille de 20L d'huile de tournesol premier prix à la main.
+
C'est vrai que d'imaginer mettre de l'huile de tournesol de chez LIDL dans mon réservoir me faisait passablement frémir, le tout accompagné d'un léger doute qu'on trouve toujours dans les expériences folles qu'on n'a jamais vu ni même imaginé fonctionner. Du coup, je me suis armé de mon courage, j'ai fait chauffer le moteur et ouvert mon capot, avec ma bouteille de 2L d'huile de tournesol premier prix à la main.
  
J'ai alors repéré les deux durites d'arrivée de carburant au niveau du filtre à gazole (c'était la première fois que je faisais réellement autre chose que ma vidange sur ma voiture...) et je les ai débranchées (et foutu de gazole un peu partout au passage...) pour les plonger dans ma bouteille d'huile posée à proximité. De retour devant le tableau de bord, la clé à la main, le palpitant au rendez-vous, j'ai mis le contact, coute que coute, c'est ma bagnole ou ma miette en faveur de l'environnement !
+
J'ai alors repéré les deux durites d'arrivée de carburant au niveau du filtre à gazole (c'était la première fois que je faisais réellement autre chose que ma vidange sur ma voiture...) et je les ai débranchées (et foutu du gazole un peu partout au passage...) pour les plonger dans ma bouteille d'huile posée à proximité. De retour devant le tableau de bord, la clé à la main, le palpitant au rendez-vous, j'ai mis le contact, coute que coute, c'est ma bagnole ou ma miette en faveur de l'environnement !
  
 
Là, la voiture a toussotté, craché, et vroum !! c'est parti ! à 100% du premier coup, sans compter, il est vrai, une jolie fumée bleue par derrière !! bon question environnement, je pense que je vais encore devoir faire des améliorations, mais ça fonctionne.
 
Là, la voiture a toussotté, craché, et vroum !! c'est parti ! à 100% du premier coup, sans compter, il est vrai, une jolie fumée bleue par derrière !! bon question environnement, je pense que je vais encore devoir faire des améliorations, mais ça fonctionne.
  
J'ai donc essayé d'imaginer comment éviter de devoir rouler capot ouvert, avec ma bouteille de 2L d'huile coincée dans le moteur... Je me suis donc décidé à mettre l'huile directement dans le réservoir, mais seulement entre 30 et 50% dans un premier temps, comme on me l'a conseillé si je n'utilise pas de réchauffeur.
+
J'ai donc essayé d'imaginer comment éviter de devoir rouler capot ouvert, avec ma bouteille de 2L d'huile coincée dans le moteur... Je me suis donc décidé à mettre l'huile directement dans le réservoir, mais seulement entre 30 et 50% dans un premier temps, comme on me l'a conseillé si je ne monte pas "artificiellement" la température de mon carburant en entrée de moteur.
  
 
==== Premières expériences routières ====
 
==== Premières expériences routières ====
Ligne 70 : Ligne 70 :
 
==== Rodage terminé... ====
 
==== Rodage terminé... ====
  
À l'heure actuelle, j'ai parcouru près de 20.000km entre 40 et 55%, ainsi que environ 1000km au ''biodiesel'' espagnol et 1000km au gazole pur (manque d'approvisionnement). Je n'ai absolument aucun souci à déplorer à l'heure actuelle, si ce n'est des claquements moteur plus intenses à froid et un peu plus de couple. Sinon, tout fonctionne à merveille, je n'ai aucune panne à déplorer, aucune baisse de performances (les autoroutes allemandes auront confirmé ce que je pensais), aucune anomalie.
+
À l'heure actuelle, j'ai parcouru près de 20.000km entre 40 et 60%, ainsi que environ 1000km au ''biodiesel'' espagnol et 1000km au gazole pur (manque d'approvisionnement). Je n'ai absolument aucun souci à déplorer à l'heure actuelle, si ce n'est des claquements moteur plus intenses à froid et un peu plus de couple. Sinon, tout fonctionne à merveille, je n'ai aucune panne à déplorer, aucune baisse de performances (les autoroutes allemandes auront confirmé ce que je pensais), aucune anomalie.
  
 
L'hiver arrivant, les démarrages à froids sont un peu plus difficiles. Je prévois donc de rajouter 5 à 10% de SP95 pour fluidifier mon carburant (50% HVC, 50% GO pour le moment) et solliciter de moindre manière ma pompe à injection.
 
L'hiver arrivant, les démarrages à froids sont un peu plus difficiles. Je prévois donc de rajouter 5 à 10% de SP95 pour fluidifier mon carburant (50% HVC, 50% GO pour le moment) et solliciter de moindre manière ma pompe à injection.
  
 
Il est donc temps, maintenant, de ne pas se contenter de ces bonnes nouvelles... en effet, aux conditions d'éviter les petits trajets au maximum (pour avoir une bonne montée en charge, afin de décrasser correctement le moteur) et d'installer un réchauffeur de carburant, mon type de motorisation pourrait me permettre de rouler à 100% d'huile végétale, donc 100% vert ! à suivre...
 
Il est donc temps, maintenant, de ne pas se contenter de ces bonnes nouvelles... en effet, aux conditions d'éviter les petits trajets au maximum (pour avoir une bonne montée en charge, afin de décrasser correctement le moteur) et d'installer un réchauffeur de carburant, mon type de motorisation pourrait me permettre de rouler à 100% d'huile végétale, donc 100% vert ! à suivre...
 +
 +
=== Plus loin encore ===
 +
 +
==== Réchauffage du circuit de carburant ====
 +
 +
Courant décembre, j'ai installé un [[Préchauffage_du_carburant#Mettre_en_place_un_échangeur_de_chaleur_avec_le_liquide_de_refroidissement|échangeur de chaleur]] entre le liquide de refroidissement et le circuit de carburant. Après une mise en place laborieuse, j'ai compris qu'il n'était pas assez long (surface de contact autour de 100cm² alors que 400 à 800cm² seraient préférables) pour bien réchauffer le carburant. Mais la première étape est passée avec succès !
 +
 +
==== Controle technique ====
 +
 +
Début janvier, j'ai donné ma voiture à mon garage pour la faire passer son contrôle technique. L'ambiance restait tendue jusqu'à l'obtention des résultats : avec plus de 450.000km et 30% d'huile végétale carburant, je croise les doigts, et je me dis que je suis un peu fou !! ;c)
 +
 +
Lors du controle, en plus de mon petit échangeur de chaleur (100cm²) et des 452.776km du moteur se trouvait dans le réservoir :
 +
 +
{| border="1" style="text-align: center"
 +
! Carburant/Produit !! Quantité !! Proportion estimée
 +
|-
 +
| Gasole || 44L || 65%
 +
|-
 +
| Huile végétale pure || ~22L || 32%
 +
|-
 +
| Essence (SP95) || 2L || 3%
 +
|-
 +
| Acetone || < 0,2L || 0,2%
 +
|}
 +
 +
Au final, ça n'est pas passé. Une contre-visite est obligatoire. Un de mes feux arrières est à changer et le bouton de mes feux de détresse est cassé... Tout va donc pour le mieux !! et le contrôle de pollution a été passé avec brio ! Résultats :
 +
 +
{| border="1" style="text-align: center"
 +
! colspan="2" | Controle d'opacité
 +
|-
 +
| 1<sup>ère</sup> || 0,6m<sup>-1</sup>
 +
|-
 +
| 2<sup>ème</sup> || 0,7m<sup>-1</sup>
 +
|}
 +
 +
À noter que la valeur maximale autorisée est de 3,0m<sup>-1</sup> pour les moteurs turbo-compressés. Ici les gaz d'échappement sont donc 5 fois moins opaques que la loi ne l'oblige, ce qui est sans nul doute un résultat très satisfaisant.
 +
 +
Pour la petite histoire, on notera le contenu de la case "En." (énergie) : "GO" (gasole)... ok c'est encore du gasole que j'avais en majorité dans le réservoir (non ce n'est pas une habitude, juste une précaution pour le controle technique pour ne pas forcer sur le démarreur), mais bon, ca me fait un peu sourire, c'est toujours une question de mentalité... peut-être un jour on trouvera : énergie -> diesel. au moins ca laissera de la place à l'imagination !...
 +
 +
==== Petits soucis ====
 +
 +
Depuis début 2006, ma voiture commence à montrer des signes de faiblesse moteur. Elle a 460.000km, ce qui explique presque tout. En effet, je sens que la puissance maximale du moteur a baissé significativement (ahh... les 160km/h sur les autoroutes allemandes l'été dernier sont bien loins !), et pire encore, on ressent clairement des accoups à régime de croisière (110-120km/h sur 2x2 voies par exemple), surtout à taux d'HVC important (2/3 à 3/4 d'huile en ce moment).
 +
 +
Puisque ces problèmes semblent être potentiellement distincts, j'ai décidé d'opérer petit à petit. Le problème des accoups me semblant préoccupant, j'ai imaginé qu'il pouvait venir d'un manque en carburant à la pompe. Ça pourrait donc venir d'une trop grande viscosité du carburant et/ou d'une vétusté de la pompe d'injection qui commence à se faire sentir. J'ai tout d'abord changé le filtre à air, filtre à carburant et les durites les plus vieilles. De plus, pour soulager la pompe d'injection, j'ai décidé de mettre en place une boucle entre son entrée et sa sortie avec l'échangeur LDR à l'intérieur (alors qu'il était préalablement placé avant le filtre) en espérant diminuer ses efforts et gagner en température (plusieurs passages dans l'échangeur LDR ne peuvent être que bénéfiques). Enfin, à la place du filtre classique de VW Passat, sur de bons conseils, j'ai installé un porte-filtre de Clio 1.9D (identique à ceux de 205D). Ce genre de porte-filtre est réchauffé par le LDR et la cartouche (Purflux C112) ne coute que ~5€.
 +
 +
Après avoir isolé toutes les durites de la boucle, installé mon circuit de purge (pour rétablir le fonctionnement normal du circuit, avec retour au réservoir, pour purger les potentielles bulles d'air) avec ses vannes manuelles, il ne reste qu'à brancher le filtre sur le circuit de LDR pour que le système soit optimal. Mais déjà mes premiers essais m'ont montré la différence : les accoups ont disparus et j'ai regagné une partie de la puissance d'origine du moteur.
 +
 +
[[Image:Moteur passat global.jpg|200px]]
 +
[[Image:Moteur passat.jpg|200px]]
 +
 +
Pour le reste de la perte de puissance, deux pistes étaient à explorer :
 +
* Déréglage du débimètre d'air
 +
* nettoyage des injecteurs (sans démontage de préférence)
 +
Cependant, je devine avoir un peu fait souffrir ma pompe d'injection déjà bien fâtiguée après plus de 450.000km de bons les loyaux services, et je pense que c'est la raison principale de mes soucis.
 +
 +
Enfin, pour palier mes difficultés de démarrage à haut taux de HVC, je devine qu'un système à deux réservoirs serait privilégiable... malgré mes ambitions de départ (monocarburation). Je réfléchis encore à cette éventualité...
  
 
=== En projet ===
 
=== En projet ===
Ligne 80 : Ligne 136 :
 
Rouler à 100% bien entendu !! Puisque mon moteur devrait me le permettre, j'espère pouvoir rouler à 100% sans bi-réservoir. Pour cela, il va, là encore, falloir procéder par étapes.
 
Rouler à 100% bien entendu !! Puisque mon moteur devrait me le permettre, j'espère pouvoir rouler à 100% sans bi-réservoir. Pour cela, il va, là encore, falloir procéder par étapes.
  
==== Réchauffage du circuit de carburant ====
+
==== Déjà expérimenté ====
 +
 
 +
Rouler à 100%, je l'ai déjà tenté. La première fois a eu lieu l'été 2005 en Allemagne, le temps de trouver une station. Cette première expérience n'a pas duré plus de 100km et a été, dans la limite de ce qu'elle a été, satisfaisante. Depuis, j'ai roulé à 100% HVC durant près 1000km l'été 2006, pour aller en Provence :
 +
 
 +
Après avoir démarrer le trajet avec une fin réservoir composée de 75% d'HVC et 25% de gasoil, j'ai dû m'arrêter faire le plein avec une partie des 130L embarqués dans le coffre pour l'occasion. J'ai rempli le réservoir à plein alors que le moteur était encore chaud. Redémarrage et route jusque dans le massif central où j'ai passé la nuit (sans rajouter de gasoil pour l'occasion). Le rédémarrage du matin après cette courte nuit a été rude... mais a été. Arrivés en Provence, j'ai refait un petit plein de quelques litres sur la fin de mon réservoir pour repasser à près de 75%, proportion à laquelle je roule depuis que j'ai fait mes modifications (échangeur LDR et boucle autour de la pompe d'injection), l'été uniquement. J'ai retenté l'expérience de la Provence à l'Ariège avec succès.
 +
 
 +
La leçon que je tire de cette expérience est que mon système semble suffisant pour m'assurer une fiabilité mécanique nécessaire (pas ou très peu de perte de puissance, comportement moteur normal, ...) à moteur chaud... mais que cela n'est pas (et sera encore moins l'hiver venant) acceptable pour les démarrages et autres fonctionnements à moteur froid.
  
Le [[préchauffage du carburant]] est une étape cruciale si je veux pouvoir monter à plus de 55% d'HVC au moins pendant les mois d'été. Pour pouvoir rouler toute l'année à une proportion comprise entre 50 et 80%, un [[Préchauffage_du_carburant#Construire_un_réchauffeur_électrique|préchauffage électrique]] sera nécessaire. Néanmoins, un système par [[Préchauffage_du_carburant#Mettre_en_place_un_échangeur_de_chaleur_avec_le_liquide_de_refroidissement|échange de chaleur]] avec le liquide de refroidissement pourra déjà, avec peu de complications, permettre un meilleur fonctionnement à chaud de ma voiture.
+
==== Bi-carburation ====
  
==== Chauffage du réservoir ====
+
Je ne voulais pas entendre parler de bi-carburation (ayant pour objectif de rouler sans une goute de gasoil) au départ, mais la perspective de rouler toute l'année à 100% HVC hors démarrages m'a vraiment séduite. La prochaine étape sera donc certainement le montage d'un système de bi-carburation m'assurant un fonctionnement optimal toute l'année et réduisant drastiquement l'usure de ma pompe d'injection déjà bien abîmée par ses presque-500.000km lors des démarrages à froid.
  
Enfin, si je veux voir ma voiture tourner à 100% sans second réservoir dédié au gazole ou au biodiesel, cette étape sera aussi un passage obligé pour passer les 80% d'HVC :
 
  
Il faut encore que j'étudie de quelle manière procéder afin de réchauffer convenablement mon réservoir. Déjà, il va falloir être vigilent sur la température souhaitée, car avoir un réservoir complet réchauffé à 50°c peut s'avérer dangereux, surtout en cas d'incident ! Il faudra également imaginer un système permettant de réchauffer le carburant à une température de 10 à 30°c (fluidité assurée) que ce soit à moteur froid ou non, en préférant (bien entendu) un système d'échange (direct ou non) thermique avec le liquide de refroidissement (ce qui n'est pas possible à froid). Peut-être qu'une pompe de prégavage sera à intégrer au système... à suivre...
 
  
 
== Des ronds dans l'eau ... ==
 
== Des ronds dans l'eau ... ==
Ligne 97 : Ligne 157 :
  
 
Des expériences concluantes :
 
Des expériences concluantes :
* VW Transporter 1.9L TD : autour de 40% d'HVB depuis le début de l'été. Aux dernières nouvelles, aucun souci. Il est amusant de noter que sa consommation a nettement diminuée depuis qu'il est passé à l'huile : le premier plein a permi de gagner 20% d'autonomie, et maintenant, que ce soit à l'huile ou au gazole pur (eh oui, ça arrive, malheureusement), on peut dire que le van a gagné 10% d'autonomie par rapport à ce qu'il avait avant son expérience huileuse.
+
* VW Transporter 1.9L TD : autour de 40% d'HVB depuis le début de l'été 2005. Aux dernières nouvelles, aucun souci. Il est amusant de noter que sa consommation a nettement diminuée depuis qu'il est passé à l'huile : le premier plein a permi de gagner 20% d'autonomie, et maintenant, que ce soit à l'huile ou au gazole pur (eh oui, ça arrive, malheureusement), on peut dire que le camion a gagné 10% d'autonomie par rapport à ce qu'il avait avant son expérience huileuse.
 +
* Peugeot 206 D : Elle a fait qqs pleins entre 10 et 20% en hiver, rien à signaler !
 
* Le reste n'est pas encore confirmé... donc je vais attendre un peu avant de crier "victoire", mais je suis parfaitement confiant quant aux résultats à venir.
 
* Le reste n'est pas encore confirmé... donc je vais attendre un peu avant de crier "victoire", mais je suis parfaitement confiant quant aux résultats à venir.
  
 
Des expériences à venir :
 
Des expériences à venir :
 +
* Une Opel Corsa 1.5L D de 1993
 +
* Une Ford Fiesta 1.9L D de 1993
 
* Un moteur Ford 1.9L TDDI et un 2.8L D.
 
* Un moteur Ford 1.9L TDDI et un 2.8L D.
 
* D'autres TDI et SDI de chez Volkswagen
 
* D'autres TDI et SDI de chez Volkswagen
* Peut-être un HDI (de chez Peugeot)
 
  
 
=== Sur le net ===
 
=== Sur le net ===

Version actuelle datée du 7 septembre 2006 à 15:35


Comme on le trouve si bien dit sur Ekopedia, si votre voiture, votre tracteur, votre moto (eh oui, il en existe !!), votre générateur électrique, votre chauffage, ... fonctionnent au gazole, au fioul ou au "rouge", ils roulent déjà à l'huile, à 100% même ! Bien entendu, cette huile étant d'origine fossile, elle est dite "minérale"... et puisqu'elle est fossile (agée de plusieurs millions d'années), la transformer de l'état liquide à l'état gazeux en la brûlant représente à l'échelle macroscopique un immense déséquilibre pour la planète.

Ainsi, pour passer du 100% huile minérale au 100% huile végétale, avec les nombreux intérêts que cela comporte, "il suffit d'ajuster quelques points pour adapter le moteur à la viscosité du biocarburant utilisé, c'est tout". Voici donc par où je suis passé, où j'en suis et mes projets à venir concernant l'huile végétale carburant et les biocarburants de manière générale.

Les huiles végétales carburant, c'est quoi ?

L'huile végétale brute

L'huile végétale brute (HVB) est aussi connue sous les noms d'huile végétale pure (HVP) ou huile végétale carburant (HVC). Elle peut être utilisée comme biocarburant pour tous les moteurs diesel, sous réserve de modifications mineures visant à réchauffer le carburant en question, ou, sans modification, en mélange avec du gasoil ordinaire (30% sur tous les véhicules, et jusqu'à 50% selon les cas).

Même si ces aspects nous intéresseront moins, l'HVB peut aussi servir dans la fabrication du savon, et en cuisine

Les moteurs diesel

Les moteurs diesel ont été inventés en 1897 par Rudolf Diesel alors qu'il est employé à l'usine MAN à Augsbourg. Au départ, il conçoit ses moteurs pour fonctionner à l'huile d'arachide et ils étaient plus connus sous le nom de moteurs à l'huile.

Ainsi un moteur diesel est historiquement capable de rouler à l'huile végétale brute... Si on regarde les moteurs actuels, de nombreuses solutions sont possibles, en fonction de la technologie diesel mise en oeuvre (pour mieux s'y retrouver, je ne peux que conseiller de consulter ce tableau). Vu rapidement, on peut en conclure que, moyennant quelques adaptations, beaucoup de moteurs sont directement convertissables à l'huile végétale, à 100%.

Les carburants verts

Jusqu'à présent on a beaucoup parlé de moteurs diesel, mais ils ne sont pas les seuls concernés ! les moteurs "essence" ont aussi leurs penchants verts. Je vous propose donc un petit tour d'horizon des carburants verts :

Type de moteur Biocarburant
Diesel Huile Végétale Brute (HVB)
Essence Bioethanol
Biogaz

L'avantage majeur de ces carburants n'est pas dans leur capacité à rejeter moins de CO2 que tel autre carburant, comme nous matraquent les politiques quand ils veulent parler d'environnement et de transports ! Leur avantage majeur est dans leur capacité à ne pas rejeter de gaz provoquant une aggravation de l'effet de serre. Je m'explique :

Un carburant fossile transforme en gaz du CO2 fixé par la biomasse il y a plusieurs millions (voire milliards) d'années. Ceci provoque donc un déséquilibre, puisque notre écosystème s'est bâti sur des bases ayant oubliées ce CO2. En ce qui concerne les biocarburants, le principe de transformation du carburant en CO2 est toujours le même. La différence tient au fait que le dioxide de carbone en question a été soustrait de l'atmosphère il y a relativement peu de temps (quelques années tout au plus), et qu'il y retourne immédiatement, pour être de nouveau fixé, etc... on rentre donc dans un "cycle court" du carbone, n'induisant aucun effet de serre durable.

De plus, des biocarburants comme l'Huile Végétale Brute sont par exemple dépourvus de soufre, ce qui évite de libérer des gaz à fort potentiel à effet de serre à base de ce composé. Cependant, ce n'est pas une généralité, et ce n'est qu'un effet de bord bien heureux.

Mon expérience personnelle

Ma voiture

Mon humble carrosse est une VW Passat TDI 90ch de 1995 (moteur 1Z), 472.000km... C'est ce qu'on appelle un IDBP (Injection Directe Basse Pression, pour différencier des common-rail et autres injecteurs-pompes, qui sont à haute pression). Pour le reste, rien que du très normal, pas de particularités, pas de modification durant les 20.000 premiers kilomètres parcourus (partiellement) à l'huile végétale. Cependant, depuis peu, j'ai mis les mains dans le moteur et des modifications arrivent, à lire dans la suite.

Mets de l'huile !

Premiers essais expérimentaux

Après avoir lu un article dans libération titré "Les biocarburants", du 11 avril 2005, je me suis mis à faire des recherches sur Internet. Peu de temps après, je découvre le forum d'oliomobile, sa mine d'informations et ses membres très actifs. Abbassourdi par la possibilité qui s'offre à tous, je décide de m'y mettre au plus vite.

C'est vrai que d'imaginer mettre de l'huile de tournesol de chez LIDL dans mon réservoir me faisait passablement frémir, le tout accompagné d'un léger doute qu'on trouve toujours dans les expériences folles qu'on n'a jamais vu ni même imaginé fonctionner. Du coup, je me suis armé de mon courage, j'ai fait chauffer le moteur et ouvert mon capot, avec ma bouteille de 2L d'huile de tournesol premier prix à la main.

J'ai alors repéré les deux durites d'arrivée de carburant au niveau du filtre à gazole (c'était la première fois que je faisais réellement autre chose que ma vidange sur ma voiture...) et je les ai débranchées (et foutu du gazole un peu partout au passage...) pour les plonger dans ma bouteille d'huile posée à proximité. De retour devant le tableau de bord, la clé à la main, le palpitant au rendez-vous, j'ai mis le contact, coute que coute, c'est ma bagnole ou ma miette en faveur de l'environnement !

Là, la voiture a toussotté, craché, et vroum !! c'est parti ! à 100% du premier coup, sans compter, il est vrai, une jolie fumée bleue par derrière !! bon question environnement, je pense que je vais encore devoir faire des améliorations, mais ça fonctionne.

J'ai donc essayé d'imaginer comment éviter de devoir rouler capot ouvert, avec ma bouteille de 2L d'huile coincée dans le moteur... Je me suis donc décidé à mettre l'huile directement dans le réservoir, mais seulement entre 30 et 50% dans un premier temps, comme on me l'a conseillé si je ne monte pas "artificiellement" la température de mon carburant en entrée de moteur.

Premières expériences routières

Après mes petites expériences, je suis allé acheté 20L d'huile de colza au SuperU près de chez moi. Je me suis scié les mains et carbonisé les épaules pour ramener tout cela à pied, mais j'ai donc réussi à faire mon premier "plein" à 30% d'HVB ! Au programme, aller avec les bouteilles non loin d'une station service (histoire de chauffer le moteur), remplir le réservoir d'huile avec le moteur en fonctionnement (pour éviter de le brusquer) et une fois terminé, aller au plus vite à la pompe compléter au gazole.

Une fois le travail effectué, me voilà parti pour 2h30 de routes, et 250km de voie expresse à 30%. Aucun souci à remarquer, ni fumée, ni différence de comportement moteur, ... tout fonctionne comme une horloge du départ à l'arrivée ! L'expérience est une réussite.

Je recommence l'expérience par trois fois à 30% d'huile de grande surface, soient 3000km, sans souci. Me voilà prêt pour chercher un approvisionnement moins polluant (bouteilles plastiques), plus pratique (un seul bidon de 60L) et plus "local" (chez un agriculteur du coin). C'est chose faite rapidement, et je repars la première fois avec 100L d'huile végétale brute de colza (culture extensive), paré pour un passage à 50% et des conditions plus simples.

Rodage terminé...

À l'heure actuelle, j'ai parcouru près de 20.000km entre 40 et 60%, ainsi que environ 1000km au biodiesel espagnol et 1000km au gazole pur (manque d'approvisionnement). Je n'ai absolument aucun souci à déplorer à l'heure actuelle, si ce n'est des claquements moteur plus intenses à froid et un peu plus de couple. Sinon, tout fonctionne à merveille, je n'ai aucune panne à déplorer, aucune baisse de performances (les autoroutes allemandes auront confirmé ce que je pensais), aucune anomalie.

L'hiver arrivant, les démarrages à froids sont un peu plus difficiles. Je prévois donc de rajouter 5 à 10% de SP95 pour fluidifier mon carburant (50% HVC, 50% GO pour le moment) et solliciter de moindre manière ma pompe à injection.

Il est donc temps, maintenant, de ne pas se contenter de ces bonnes nouvelles... en effet, aux conditions d'éviter les petits trajets au maximum (pour avoir une bonne montée en charge, afin de décrasser correctement le moteur) et d'installer un réchauffeur de carburant, mon type de motorisation pourrait me permettre de rouler à 100% d'huile végétale, donc 100% vert ! à suivre...

Plus loin encore

Réchauffage du circuit de carburant

Courant décembre, j'ai installé un échangeur de chaleur entre le liquide de refroidissement et le circuit de carburant. Après une mise en place laborieuse, j'ai compris qu'il n'était pas assez long (surface de contact autour de 100cm² alors que 400 à 800cm² seraient préférables) pour bien réchauffer le carburant. Mais la première étape est passée avec succès !

Controle technique

Début janvier, j'ai donné ma voiture à mon garage pour la faire passer son contrôle technique. L'ambiance restait tendue jusqu'à l'obtention des résultats : avec plus de 450.000km et 30% d'huile végétale carburant, je croise les doigts, et je me dis que je suis un peu fou !! ;c)

Lors du controle, en plus de mon petit échangeur de chaleur (100cm²) et des 452.776km du moteur se trouvait dans le réservoir :

Carburant/Produit Quantité Proportion estimée
Gasole 44L 65%
Huile végétale pure ~22L 32%
Essence (SP95) 2L 3%
Acetone < 0,2L 0,2%

Au final, ça n'est pas passé. Une contre-visite est obligatoire. Un de mes feux arrières est à changer et le bouton de mes feux de détresse est cassé... Tout va donc pour le mieux !! et le contrôle de pollution a été passé avec brio ! Résultats :

Controle d'opacité
1ère 0,6m-1
2ème 0,7m-1

À noter que la valeur maximale autorisée est de 3,0m-1 pour les moteurs turbo-compressés. Ici les gaz d'échappement sont donc 5 fois moins opaques que la loi ne l'oblige, ce qui est sans nul doute un résultat très satisfaisant.

Pour la petite histoire, on notera le contenu de la case "En." (énergie) : "GO" (gasole)... ok c'est encore du gasole que j'avais en majorité dans le réservoir (non ce n'est pas une habitude, juste une précaution pour le controle technique pour ne pas forcer sur le démarreur), mais bon, ca me fait un peu sourire, c'est toujours une question de mentalité... peut-être un jour on trouvera : énergie -> diesel. au moins ca laissera de la place à l'imagination !...

Petits soucis

Depuis début 2006, ma voiture commence à montrer des signes de faiblesse moteur. Elle a 460.000km, ce qui explique presque tout. En effet, je sens que la puissance maximale du moteur a baissé significativement (ahh... les 160km/h sur les autoroutes allemandes l'été dernier sont bien loins !), et pire encore, on ressent clairement des accoups à régime de croisière (110-120km/h sur 2x2 voies par exemple), surtout à taux d'HVC important (2/3 à 3/4 d'huile en ce moment).

Puisque ces problèmes semblent être potentiellement distincts, j'ai décidé d'opérer petit à petit. Le problème des accoups me semblant préoccupant, j'ai imaginé qu'il pouvait venir d'un manque en carburant à la pompe. Ça pourrait donc venir d'une trop grande viscosité du carburant et/ou d'une vétusté de la pompe d'injection qui commence à se faire sentir. J'ai tout d'abord changé le filtre à air, filtre à carburant et les durites les plus vieilles. De plus, pour soulager la pompe d'injection, j'ai décidé de mettre en place une boucle entre son entrée et sa sortie avec l'échangeur LDR à l'intérieur (alors qu'il était préalablement placé avant le filtre) en espérant diminuer ses efforts et gagner en température (plusieurs passages dans l'échangeur LDR ne peuvent être que bénéfiques). Enfin, à la place du filtre classique de VW Passat, sur de bons conseils, j'ai installé un porte-filtre de Clio 1.9D (identique à ceux de 205D). Ce genre de porte-filtre est réchauffé par le LDR et la cartouche (Purflux C112) ne coute que ~5€.

Après avoir isolé toutes les durites de la boucle, installé mon circuit de purge (pour rétablir le fonctionnement normal du circuit, avec retour au réservoir, pour purger les potentielles bulles d'air) avec ses vannes manuelles, il ne reste qu'à brancher le filtre sur le circuit de LDR pour que le système soit optimal. Mais déjà mes premiers essais m'ont montré la différence : les accoups ont disparus et j'ai regagné une partie de la puissance d'origine du moteur.

Moteur passat global.jpg Moteur passat.jpg

Pour le reste de la perte de puissance, deux pistes étaient à explorer :

  • Déréglage du débimètre d'air
  • nettoyage des injecteurs (sans démontage de préférence)

Cependant, je devine avoir un peu fait souffrir ma pompe d'injection déjà bien fâtiguée après plus de 450.000km de bons les loyaux services, et je pense que c'est la raison principale de mes soucis.

Enfin, pour palier mes difficultés de démarrage à haut taux de HVC, je devine qu'un système à deux réservoirs serait privilégiable... malgré mes ambitions de départ (monocarburation). Je réfléchis encore à cette éventualité...

En projet

Rouler à 100% bien entendu !! Puisque mon moteur devrait me le permettre, j'espère pouvoir rouler à 100% sans bi-réservoir. Pour cela, il va, là encore, falloir procéder par étapes.

Déjà expérimenté

Rouler à 100%, je l'ai déjà tenté. La première fois a eu lieu l'été 2005 en Allemagne, le temps de trouver une station. Cette première expérience n'a pas duré plus de 100km et a été, dans la limite de ce qu'elle a été, satisfaisante. Depuis, j'ai roulé à 100% HVC durant près 1000km l'été 2006, pour aller en Provence :

Après avoir démarrer le trajet avec une fin réservoir composée de 75% d'HVC et 25% de gasoil, j'ai dû m'arrêter faire le plein avec une partie des 130L embarqués dans le coffre pour l'occasion. J'ai rempli le réservoir à plein alors que le moteur était encore chaud. Redémarrage et route jusque dans le massif central où j'ai passé la nuit (sans rajouter de gasoil pour l'occasion). Le rédémarrage du matin après cette courte nuit a été rude... mais a été. Arrivés en Provence, j'ai refait un petit plein de quelques litres sur la fin de mon réservoir pour repasser à près de 75%, proportion à laquelle je roule depuis que j'ai fait mes modifications (échangeur LDR et boucle autour de la pompe d'injection), l'été uniquement. J'ai retenté l'expérience de la Provence à l'Ariège avec succès.

La leçon que je tire de cette expérience est que mon système semble suffisant pour m'assurer une fiabilité mécanique nécessaire (pas ou très peu de perte de puissance, comportement moteur normal, ...) à moteur chaud... mais que cela n'est pas (et sera encore moins l'hiver venant) acceptable pour les démarrages et autres fonctionnements à moteur froid.

Bi-carburation

Je ne voulais pas entendre parler de bi-carburation (ayant pour objectif de rouler sans une goute de gasoil) au départ, mais la perspective de rouler toute l'année à 100% HVC hors démarrages m'a vraiment séduite. La prochaine étape sera donc certainement le montage d'un système de bi-carburation m'assurant un fonctionnement optimal toute l'année et réduisant drastiquement l'usure de ma pompe d'injection déjà bien abîmée par ses presque-500.000km lors des démarrages à froid.


Des ronds dans l'eau ...

Autour de moi

Depuis que je me suis lancé dans ces expériences de moteurs diesel à l'huile, un nombre impressionnant de personnes ont commencé à se poser des questions ou ont simplement été convaincus de se lancer dans l'expérience. Je conseille un nombre non négligeable de personnes sur le sujet et une parties de celles-ci roulent à présent partiellement au "vert".

Des expériences concluantes :

  • VW Transporter 1.9L TD : autour de 40% d'HVB depuis le début de l'été 2005. Aux dernières nouvelles, aucun souci. Il est amusant de noter que sa consommation a nettement diminuée depuis qu'il est passé à l'huile : le premier plein a permi de gagner 20% d'autonomie, et maintenant, que ce soit à l'huile ou au gazole pur (eh oui, ça arrive, malheureusement), on peut dire que le camion a gagné 10% d'autonomie par rapport à ce qu'il avait avant son expérience huileuse.
  • Peugeot 206 D : Elle a fait qqs pleins entre 10 et 20% en hiver, rien à signaler !
  • Le reste n'est pas encore confirmé... donc je vais attendre un peu avant de crier "victoire", mais je suis parfaitement confiant quant aux résultats à venir.

Des expériences à venir :

  • Une Opel Corsa 1.5L D de 1993
  • Une Ford Fiesta 1.9L D de 1993
  • Un moteur Ford 1.9L TDDI et un 2.8L D.
  • D'autres TDI et SDI de chez Volkswagen

Sur le net

Références

Wikipedia.png Cet article provient partiellement de l'encyclopédie Wikipedia régi par la licence GFDL, son utilisation est donc soumise aux conditions de cette licence. La source est disponible ici et la liste des personnes y ayant initialement contribué est accessible .
Ekopedia.png Cet article provient partiellement de Ekopedia régi par la licence Art Libre 1.2, son utilisation est donc soumise aux conditions de cette licence. La source est disponible ici et la liste des personnes y ayant initialement contribué est accessible .